Publié par cocktailRH

Allier congé et solidarité : le congé de solidarité !

Besoin de partir en congés ? Envie d'être utile ? 

Afin de pouvoir vous aider à conjuguer les deux, on vous présente les différents dispositifs qu'il existe. Vous avez déja eu toutes les infos sur le congé de solidarité internationale (sinon, découvrez notre article), et maintenant vous vous demandez quelle est la différence avec le congé de solidarité ?

Rapidement, comme le nom l'indique, on pourrait se dire que la différence c'est qu'il ne se déroule pas à l'international ! Et bien non, on ne va pas non plus nous faciliter la vie ! Du coup on vous explique tout :)

 

C’est quoi le congé de solidarité ?

Le congé de solidarité est le fait qu’un salarié décide de partir en mission de solidarité pour une cause humanitaire ou sociale pendant sa période de congé.

 Il ne peut être confondu avec le congé solidaire (la marque déposée par l’association planète urgence – lien vers l’article d’avant), ni avec le congé de solidarité international qui est un cadre légal bien spécifique.

 

Deux associations permettent notamment de réaliser des congés de solidarité : Développement sans frontières (On l'appelle Ginkgo maintenant) et France Volontaires.

 

Qui peut en bénéficier ?

Tous les salariés qui souhaitent mettre à profit leurs congés de manière bénévole pour une mission humanitaire. Il n’a pas à rendre compte de son activité bénévole pendant ses congés à son employeur.

 

Quel type de mission ?

Le principe de ces missions est d’aider au développement, en mobilisant les compétences des salariés volontaires. Les missions doivent impérativement être liées à un renforcement de compétences du personnel local.

 

Quelle est la durée du congé de solidarité ?

En général c’est entre 2 et 3 semaines. Il s’agit de la durée de vos congés d’été en somme.

 

Et l’employeur dans tout ça ?

L’employeur n’a aucune obligation de financer tout ou partie de la mission de solidarité du salarié. Cependant l’employeur peut tout à fait décider de participer au frais du congé de solidarité du salarié dans le cadre de sa politique de Responsabilité sociétal et environnementale (RSE), via son CE ou vi la fondation de l’entreprise si elle existe.

 

Mais alors quel intérêt pour l’employeur ?

Outre les aspects de RSE, en terme de marque employeur et d’attractivité, c’est également une action qui peut avoir une forte valeur ajoutée pour les futurs collaborateurs. Et oui, ne trouvez-vous pas attirant d’avoir une entreprise qui vous propose comme avantage de financer une partie de votre projet solidaire ?

D’autant que les frais pris en charge par l’employeur peuvent être défiscalisés partiellement si l’association dont dépend le bénévole est reconnue d’intérêt général ou d’utilité publique. Il s’agit donc forme de reconnaissance que l’employeur peut utiliser pour ses salariés.

 

Et à la fin du congé de solidarité ?

Et bien comme à la fin de vos vacances, vous retournez au boulot :)

 

Si vous connaissez d’autres dispositifs, n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences !

Commenter cet article