Publié par cocktailRH

On a testé : un startup weekend

Vous vous êtes toujours dit « un jour je lâcherais tout pour monter ma boite ! », et puis aujourd’hui tout à l’air possible. Il semble qu’il suffit d’avoir LA bonne idée, de créer une application pour quelque chose, et en un rien de temps, vous avez crée le nouvel outil indispensable pour tous.

Oui mais voilà, vous n’êtes pas développeur, vous ne connaissez rien au monde des startups, et puis qu’on se le dise, tout lâcher, ça paraît génial comme ça, mais quand il s’agit de se lancer, on se sent un peu au bord d’une falaise (ou au pied d’une montagne, comme vous le sentez !).

Du coup, vous vous renseignez, et vous tombez sur un concept : le startup weekend, 54 heures pour créer une startup. Et comme nous aussi on est curieuses, on s’est lancées, et on vous raconte tout !

 

Le principe du startup weekend

 

Le principe est simple, on a 54 heures, du vendredi soir au dimanche soir pour rencontrer une équipe et bosser comme des dingues pour créer une start-up et présenter notre projet (on dit pitcher, en langage start-up) en 4 minutes devant des professionnels.

 

Qui peut se rendre à un start-up week-end ?

On a testé : un startup weekend

Vous allez nous dire, ok super, c’est un truc d’école de commerce ou de développeur. Qu’est-ce que je vais aller faire là-bas ?

Et bien, nous n’avons pas fait HEC, nous ne comprenons pas grand chose au langage html, on est des RH, c’est vous dire, et pourtant, on l’a fait !

 

Globalement que vous soyez entrepreneur dans l’âme, data scientist, designer, étudiant, que vous ayez un projet en tête ou pas, il suffit d’être curieux, et d’avoir envie de se donner à fond dans une aventure enthousiasmante pour se lancer.

Et si vous avez un concept en tête, préparez un pitch d’une minute, oui oui 60 secondes pour convaincre, va falloir être direct !

 

Combien ça coute ?

80 euros l’aventure !

 

Comment ça se passe concrètement ?

Nous avions rendez-vous le vendredi à 18h à l’école 42 (ou ailleurs hein il y en a partout dans le monde), et déjà on étaient ravies de pouvoir découvrir l’antre des développeurs !

Comme dans un festival de musique, à l’accueil, on vous équipe d’un bracelet à garder tout le week-end, et d’un t-shirt à l’effigie de l’événement : cool.

 

Tout le monde papote, l’ambiance est détendue. La grande question qui anime les débats « tu vas pitcher un projet ou pas ? ».

Une fois réunis dans un amphi, on se demande bien ce qu’il va se passer. Damien Gromier qui a animé tout le week-end arrive, le sourire au lèvre et nous propose de commencer par des petits jeux pour briser la glace. Yeah ! Alors à coup de tournois de pierre-papier-ciseaux et de mimes, tout le monde finit pas échanger et se marrer. Ça commence bien.

 

Une fois que l’ambiance a pris, on nous présente le programme du week-end, et un seul mot d’ordre, à chaque fois que quelqu'un cri « Startup ! », tout les autres doivent répondre « weekend ». Ça a un petit côté colonnie de vacances, mais franchement vous n’aimiez pas, vous, les colo ?!?

On a testé : un startup weekend

Les pitch d’une minute s’enchaînent après. Bon sur 100 participants, 40 ont pitché, on avoue au bout d’une vingtaine, difficile de suivre. Mais tout est la : sport, fooding, voyage, immobilier, communauté, mode, musique, Ressources humaines, les idées pleuvent pour révolutionner le quotidien.

Une fois les pitch terminés, chacun hérite d’un vote à aller donner à l’équipe qu’il veut rejoindre, et le dîner (des sushis !) est l’occasion de convaincre les équipes. Comme les 40 personnes qui ont pitché votent forcement pour eux-mêmes, c’est un peu la foire… Des équipes fusionnent, les derniers à avoir encore une voix à donner se font allègrement dragués, bref un joyeux imbroglio. Au final, les 12 équipes avec le plus de voix sont sélectionnées.

 

Comment on travaille dans un start-up week-end ?

Une fois les équipes finalisées, il n’y a plus qu’à s’y mettre. L’objectif ? Avancer un maximum le projet pour le présenter vendredi à 17H !

Les étapes de la réflexion :

  • Définir le projet : et oui parce qu’avec toutes ces nouvelles bonnes volontés, il va falloir définir ensemble les contours de la boite : Quel est le problème qu’on a constaté ? A quel besoin on veut répondre ? Comment ?
  • De quelles compétences dispose-t-on pendant ce week-end ? La question, qui sait faire quoi ? et surtout qui a envie de faire quoi, est primordiale. Elle permet ensuite de pouvoir se répartir les rôles.

Ensuite, il s’agit de trouver un moyen de fonctionner, de se donner des objectifs et des deadlines, le tout c’est d’être en capacité à produire rapidement, et à se remettre en cause souvent pour avancer.

 

Ça vous rappelle quelque chose ? et oui, ce qui est proposé ici, c’est de vivre en condensé (et dans un environnement bienveillant) l’aventure entrepreneuriale. Apprendre à travailler ensemble, créer des synergies, prendre et suivre des décisions, se confronter au critiques (positives ou non) de l’autre, produire, être efficace, et parfois repartir de zero, pivoter, couper les cheveux en quatre, ou faire des choix en 3 secondes. Le start-up week-end, c’est tout ça et plus encore.

Chacun aura vécu son aventure à sa façon, dans la douleur parfois s’il n’a pas trouvé sa place dans son équipe, mais le plus souvent sera tellement sorti de sa zone de confort, qu’il aura grandi, et ri aussi !

 

Des mentors pour nous aider... à nous poser des questions !

On a testé : un startup weekend

Pour nous accompagner nous avions tout le long du week-end des mentors qui viennent à la rencontre des équipes. Chacun avec son expertise essai d’ouvrir l’esprit des entrepreneurs. L’idée, ce n’est pas qu’ils  donnent la solution (d'abord parce qu'ils ne la connaissent pas), mais qu’ils fassent en sorte que vous vous posiez encore plus de questions qu’avant.

La difficulté, c’est qu’après chaque échange avec un mentor, on avait envie de tout modifier. Au final, comme dans tout il faut faire le tri entre ce qui ressort de notre vision et qu’il ne faut pas perdre en route (qu’est ce que je veux changer dans le monde au point d’avoir envie de créer une startup ?) et les conseils avisés qui nous mèneront sur le chemin.

 

Le travail d'équipe, pas si facile parfois

On a testé : un startup weekend

On ne va pas se mentir, tout n’est pas rose non plus ! De notre côté on s’est retrouvé avec une équipe super (#blaguedemath #bièrepourdécompresser #enmodeagile #leloupetsameute ) mais en échangeant avec certain, on s’est dit… et si on avait rencontré des gens avec qui on ne se serait pas du tout entendu ? On a vu passer quelques personnes avec des égos démesurés, et franchement on ne se serait surement pas donné autant si nous avions fait parti de leurs équipes. Mais bon, c’est comme dans la vraie vie non ? Il faut bien choisir avec qui faire équipe !

 

Ce qu’on a retenu : Même en ressortant épuisées d’avoir bossé tout un week-end et très peu dormi, ce fut la chose la plus énergisante que nous ayons faite !  Toutes ces énergies réunies font un bien fou. On a l’impression que tout est possible !

Et du coup, même si elle ne ressort pas gagnante, l’équipe des RH compte bien continuer son aventure, ce qui est sur c’est que vous allez encore entendre parler de nous :-) On vous prépare un truc tip top !

Ah et aussi, tout ce weekend est organisé par des bénévoles qui se donnent à fond pour que tout se passe bien, et qui sont toujours hyper bienveillants, souriants et motivants ! Alors un grand merci aux organisateurs de notre Startup weekend !

On a testé : un startup weekend

Commenter cet article