Publié par cocktailRH

La convivialité, ça s'impose ?La convivialité, ça s'impose ?

Nous voici autour d'un cocktail avec Julie, cadre trentenaire, qui rêve de changer de boulot en buvant son Spritz . Jusque là, rien de bien différent de tous les autres. Mais étrangement, elle ne nous parle pas du poste idéal, ou de l'entreprise idéale, ou de la ville idéale. Julie, elle nous parle d'ambiance. Alors on joue les Sherlock holmes : ses missions ? Intéressantes, l'entreprise ? Le secteur lui plait, la localisation ? Idéale, sa rémunération ? Satisfaisante.

 

Oui mais voilà...

 

On voit déjà une pub pour son entreprise idéale avec Gad Elmaleh, seul sur scène, qui dit :

“Je rêve d’une entreprise ou la bonne humeur et la convivialité me donne envie de me lever le matin.”

→ (rire du public)

 

Oui, le public rit et vous aussi en lisant l’article ! Parce que la convivialité, on arrête pas d'en parler, mais franchement, c'est une réalité pour vous ? 

 

Et comme Julie a un peu bu, elle nous raconte :

 

Ce que son boss fait :

Imaginez que votre boss est un croisement entre Kim Jong-un et Vladimir Poutine. Il ressort d’un super colloque sur la qualité de vie au travail, et se dit “Eureka ! La solution pour motiver mes équipes, c’est la CON-VI-VIA-LI-TE !” (on note quand même que dans convivialité, il y a con… mais bon, passons !).

Il revient le lundi matin, tout frais de sa découverte, et vous cale direct la fameuse petite réunion du lundi matin (celle qui ne sert à rien, merci JJG). Oui, mais la, il a tout changé, il a ramené des chouquettes, et vous dit “on prend un café tous ensemble ?”.

 

 

La convivialité, ça s'impose ?

Ce qu’il pense que ça va engendrer chez ses collaborateurs :

“Chouette, il est trop cool, on va pouvoir partager un moment agréable, et :

- réfléchir à la roadmap du service, 

- brainstormer “en mode collaboratif” sur l’amélioration de nos process,

- avoir des idées sur la stratégie e-marketing de nos services,

- faire la to-do list de tout ce qu’on va faire cette semaine”.

 

Ce qu'il se passe réellement : 

“Mais qu’est ce qu’il nous veut encore ?”

“Ça sent le traquenard !”

“Si ca se trouve il a empoisonné les chouquettes pour nous remplacer tous parce qu’on est pas assez efficaces.”

“Il doit nous observer pour nous évaluer : celui qui prend des chouquettes en premier sera le chef de projet de sa prochaine lubie."

 

Bon,  bien évidemment, on a grossi le trait (quoi que…). Vous l’avez compris, la convivialité, la bonne ambiance, l’humour au travail, ça se ne décrète pas. Ce n'est pas un objectif en soit, c'est une culture. On ne peut pas arriver un beau matin, et se dire qu’on va mettre tout ça en place. C’est un travail de longue haleine, un travail du quotidien.

 

Bien sûr, il y a quelques “trucs et astuces” que vous pouvez mettre en place : des célébrations d'évènements positifs (réussite, nouveau client, anniversaire, saint Patrick,...), une intégration de nouveaux collaborateurs avec toute l’équipe...

 

Mais le tout c’est aussi de vous poser calmement, et de vous demander pourquoi il n’y a pas une ambiance conviviale dans votre équipe. Et des raisons, il peut y en avoir des tonnes : des procédures lourdes et plombantes, des pratiques managériales néfastes (le droit à l’erreur, ça vous dit quelque chose ?), l’assimilation bonne humeur = glandouille...

 

Ce que nous en pensons : Franchement, c’est pas déjà suffisamment compliqué dehors, pour qu’en plus on aille travailler dans une ambiance morose ? Et puis, tout le monde y gagne à favoriser la convivialité en entreprise ! 

Créer et maintenir une ambiance de travail positive, dans laquelle les collaborateurs se sentent intégrés et valorisés, permet entre autre de réduire le stress et les incertitudes. Mais pas seulement, c’est aussi et surtout le moyen d’améliorer les performances de l’organisation.

 

Alors, vous attendez quoi pour être conviviaux ? Non mais, oh !

 

Commenter cet article