Publié par cocktailRH

Télétravailler n'est pas glander !

Autour de nous, de plus en plus de personnes pratiquent le télétravail, et au  départ, ça nous a bien fait rire. Nous vous expliquons : notre collègue, qui a deux enfants, était à 80% et ne travaillait donc pas le mercredi pour s’en occuper. Une fois ses bébés devenus grands (on s’entend, ils ont 9 et 7 ans), elle a demandé à notre patron de passer à temps plein, mais de faire du télétravail le mercredi…. Vous voyez où nous voulons en venir ! D’autant que nous sommes « amies » sur facebook, et nous avons donc profité chaque mercredi de ses charmants messages/photos/commentaires sur les joies d’une journée à glander tout en étant payée….

Nous nous sommes donc posé la question, le télétravail dans la théorie : bonne idée, mais pour qui et comment ?

 

Un encadrement clair du télétravail : 

" La semaine dernière, ma collègue a fait du télétravail pour la première fois. Je ne savais pas que nous avions une politique de télétravail dans l'entreprise (nous sommes vingt) et j'ai moi-même demandé plusieurs fois en vain à notre manager d'accéder à cette solution."

Voilà qui est représentatif d'une démarche non clarifiée... le télétravail doit, soit être l'objet d'un accord signé avec les partenaires sociaux, d'un avenant au contrat de travail ou au minimum d'un document explicatif de son fonctionnement (et des critères d'éligibilité, of course, car nous voulons savoir pourquoi elle, et pas nous !)  que celui-ci soit ponctuel ou régulier.

En général, dans le cadre d'un télétravail régulier, il est conseillé de ne pas excéder deux journées par semaine pour ne pas rompre le lien avec l'entreprise.

 

Des outils adaptés, une autodiscipline :

"Ma collègue m'explique tout naturellement qu'elle était fatiguée de sa semaine et souhaitait accéder à ce dispositif pour se reposer. Elle me raconte en détail les nombreux mails et appels auxquels elle a répondu. Au détour d'une conversation avec d'autres confrères, elle avoue avoir passé l'après-midi devant une série, de toute façon elle ne pouvait pas travailler car elle ne dispose pas d'ordinateur et l'entreprise ne lui en a pas prêté."

 Il semble que cette personne ne soit pas faite pour le télétravail ! Alors oui, nous aussi nous aimerions bien pouvoir regarder le dernier épisode de Game of Throne au lieu de travailler, mais clairement, on est pas payé pour ça!

Il est donc important de se poser les bonnes questions, ce n'est pas un temps partiel !!

L'entreprise n'est pas mieux... Elle doit s'inquiéter des questions matérielles et santé/ sécurité avant d'accorder cette solution à un collaborateur. Elle doit définir le matériel nécessaire (le coût de celui-ci est à la charge de l'employeur) et prévoir l'accessibilité aux données.

 

Le cadre juridique du télétravail : Il est couvert par l'article 46 de la loi "Warsmann" dont vous trouverez le lien direct en bas de l'article.

 

Une bonne pratique : La communication en interne ! L'idée est d'apprendre aux managers la gestion des collaborateurs en télétravail (éviter la discrimination par rapport aux sédentaires, utiliser l'évaluation des résultats, etc.), d'associer les RP à la démarche et surtout ne pas confondre télétravail et temps partiel.

 

Ce que nous en pensons : Le télétravail est une pratique innovante du management, cependant il faut respecter quelques règles essentielles pour ne pas tomber dans ce genre de travers. Parce que, oui, aujourd’hui pour travailler, il nous faut tout un tas d’outils : ordinateur, connexion internet, accès au serveur, téléphone, mais c'est aussi grâce à eux que nous pouvons faire du télétravail ! 

Témoignage d’un de nos lecteurs : " La semaine dernière, ma collègue a fait du télétravail pour la première fois. Je ne savais pas que nous avions une politique de télétravail dans l'entreprise (nous sommes vingt) et j'ai moi-même demandé plusieurs fois en vain à notre manager d'accéder à cette solution.

Ma collègue m'explique tout naturellement qu'elle était fatiguée de sa semaine et souhaitait accéder à ce dispositif pour se reposer. Elle me raconte en détail les nombreux mails et appels auxquels elle a répondu. Au détour d'une conversation avec d'autres confrères elle avoue avoir passé l'après-midi devant une série, de toute façon elle ne pouvait pas travailler car elle ne dispose pas d'ordinateur et l'entreprise ne lui en a pas prêté."

 

Ce que nous en pensons : Le télétravail est une pratique innovante du management, cependant il faut respecter quelques règles essentielles pour ne pas tomber dans ce genre de travers. Parce que, oui, aujourd’hui pour travailler, il nous faut tout un tas d’outils : ordinateur, connexion internet, accès au serveur, téléphone,…

 

 

L’isolement social et professionnel

La mauvaise gestion du temps

 Le rejet des collègues

Le cadre juridique du télétravail : il est couvert par l'article 46 de la loi "warsmann", qui précise que les conditions du télétravail doivent être décrites dans un accord collectif, le contrat de travail ou un avenant.

Les bonnes pratiques de mise en place : 

- déterminer le nombre de jours de télétravail par semaine, quizaine, mois etc.

- définir le matériel nécessaire (le coût de celui-ci est à la charge de l'employeur), il est peu recommandé d'utiliser son matériel personnel.

- prévoir et définir l'accessibilité aux données.

Commenter cet article