Publié par cocktail RH

Petit Quizz pour discriminations ordinaires

La discrimination basée sur les vingt critères proscrits par la loi c'est mal ! Tout le monde est d’accord pour le dire « en théorie », mais dans la réalité, est-ce aussi facile à éviter ? Pour se donner les moyens d'ouvrir les yeux sur celle-ci, nous vous avons rassemblé des témoignages de la vie courante : 

Je recrute : Je rencontre Justine Mojito dans le cadre d’un recrutement pour la conception des cocktails de mon bar. Elle semble avoir toutes les qualités requises pour ce poste. Cependant, j’hésite à l’engager. De plus, mon collègue Yann l’a aperçu en train de fumer en sortant de notre rendez-vous. Quelles sont les réactions courantes ?

1. C’est une femme, mais au moins elle n’est pas enceinte car elle fume ! Cependant, ai-je vraiment envie d’avoir une fumeuse dans mon équipe ?

2. Elle porte un nom à consonance étrangère : Mojito, je ne sais pas d’où elle vient, ce n’est pas que je n’aime pas les étrangers, mais va-t-on s’entendre si nous n’avons pas la même culture ?

3. Il m’a semblé voir un journal à teneur hautement politique dans son sac, nous ne partageons décidément pas les mêmes avis, était-elle vraiment compétente ?

Ce que nous en pensons :  Vous l'avez compris, aucune des réponses n'est la bonne, ces trois réactions sont le résultat de sélections basés sur des critères illégaux à savoir les moeurs, la grossesse, l'origine et les convictions politiques. Il me faudra une bien meilleure raison pour ne pas l'embaucher !

 

J'entre en réunion : Je suis une jeune femme compétente qui travaille dans un milieu majoritairement masculin et plutôt « âgé ». Lorsque j’arrive en réunion avec quatre de mes collègues, quelle est la première chose qu’ils me disent ?

1. Bonjour Marguerite, commençons la réunion.

2. Hey mon ptit, apporte nous donc un café !

3. Tu devrais te mettre du rouge à lèvre plus souvent, ça te rend sexy !

Ce que nous en pensons : Bien que la troisième réponse aurais pu flatter notre ego, ce n'est pas le cas, nous préférons et de loin la première réponse ! Mais alors ces réflexions sont-elles des références au critère lié au sexe ou à l’âge ?

 

Je fais évoluer mes collaborateurs : Je trouve que Tom est très compétent dans son travail et je pourrais lui accorder une promotion pour manager une équipe au service communication. Cependant, il se trouve que Tom est gay, cela ne me pose aucun problème, mais j’ai peur que l’équipe ne l’accepte pas comme manager. Si j’offre cette promotion à Philippe ça sera plus simple.

1. Je fais ça pour protéger Tom, j’ai donc de bonnes raisons, ce n’est pas de la discrimination.

2. Si cela se trouve Philippe est gay aussi, cela ne me regarde pas.

Ce que nous en pensons : Evidement nous ne pouvons pas laisser ce critère entrer en compte dans ce choix, même s'il pense le protéger,  cette personne ne doit être jugée qu’à sa compétence et pourquoi ne pas en profiter pour sensibiliser ses équipes à la diversité ? Cela s'appelle le management par les compétences, et c'est à ce jour le meilleur moyen que nous ayons trouvé pour motiver les équipes et donc obtenir de meilleurs résultats dans tous les domaines.

Une bonne pratique : Dans le cadre d'un recrutement, et dans une situation où il n'est pas possible de sensibiliser une équipe (ex : mission à l'étranger, hors socle de l'entreprise) au lieu de discriminer en amont par crainte de ce qui peut se passer, une bonne solution peut être de prendre en compte tous les éléments de contexte et de les intégrer dans la définition de poste, puis de poser les risques avec le candidat pendant l'entretien, c'est lui qui acceptera ou non l'offre en connaissance de cause.

 

J'équilibre les temps de vie : Dans mon entreprise les réunions sont traditionnellement programmées en fin de journée. Ma collaboratrice Julie a son petit garçon à aller chercher à l’école tous les soirs et insiste pour que les réunions se passent sur les horaires de travail car elle doit impérativement partir à 18h30, horaire de fermeture de la garderie de l’école. Que va-t-il se passer ?

1. Les réunions continuent à se passer aux mêmes horaires car les habitudes sont dures à changer dans les entreprises. Du coup Julie est de moins en moins informée, on lui retire de plus en plus de dossiers. Julie est au placard.

2. J'organise les réunions entre midi et deux, comme ça tout le monde peut être présent. 

Ce que nous en pensons : La première réponse est une discrimination liée à la situation de famille, mais la seconde n'est pas mieux car elle contraint toute l'équipe sur la pause déjeuner, et si nous voulions aller faire du sport ? Une bonne solution ici serait de construire une charte de l’équilibre des temps de vie et de s’y tenir. C’est au manager de porter cette valeur afin de protéger ses équipes.

 

Je m'adapte à mes clients : Mohamed est consultant dans une agence de communication, son travail consiste à appeler les entreprises pour prendre contact avec elles et proposer les services de son agence. Cependant afin d’être sûr que mes clients soient réceptifs aux appels de Mohamed, je lui demande de se présenter comme François Dupond. Nous sommes sûre que vous sentez qu’il y a une discrimination quelque part, alors laquelle ?

1. Discrimination sur le patronyme

2. Discrimination sur l’appartenance ou non à une ethnie

3. Discrimination sur l’appartenance ou non à une race

4. Discrimination sur l’appartenance ou non à une nation

Ce que nous en pensons : Il y en a tellement que même nous ne pouvons pas répondre, mais probablement les quatre.

 

Je ne partage pas les valeurs de mon entreprise : Je travaille dans une agence d’Hôtesse réputée qui détient tous les contrats de la ville. Au cours des premières missions, je constate qu’il ne semble pas y avoir de discrimination sur l’apparence physique car tous les profils sont représentés. Cependant je remarque assez rapidement que mes collègues mesurant moins d’1m70 sont cantonnées au « street marketing » alors que les autres peuvent accéder à des missions plus intéressantes d’hôtessariat. Je constate ensuite que seules les plus « jolies » travaillent sur les missions retranscrites à la télévision. Pour quelle raison ?

1. L’entreprise pense qu’une personne socialement reconnue comme étant « jolie » donnera une meilleure image de celle-ci.

2. Personne n’est choqué que ce discours soit exclusivement au féminin ? Ne peut-il pas y avoir d’hôte ?

Ce que nous en pensons : La discrimination sur le critère de l’apparence physique et des caractéristiques génétiques est également totalement illégale.

 

Le point juridique :  Je n’ai le droit de refuser un poste  pour aucune des raisons ci-dessus, autrement la personne peut agir en justice dans les trois mois qui suivent et réclamer une indemnité allant jusqu’à trois mois de salaire, mais pas d'engagement.

Ce que nous retenons : La discrimination est courante tout au long de la carrière du salarié, il est très difficile de dépasser ses propres préjugés pour ne voir que la compétence.
 
Une bonne pratique : Testez vos propres préjugés et provoquez un changement dans l'entreprise par une prise de conscience via la sensibilisation des collaborateurs.

Il y a 20 critères de discrimination interdits par la loi, nous n'avons pas abordé certains de ces critères : l’état de santé, les activités syndicales, le lieu de résidence, le handicap et  l’appartenance ou non à une religion déterminée. 

Partagez avec nous vos témoignages personnels ou non de discrimination au travail.

 

 

Commenter cet article