Publié par cocktailRH

Dans la tête de la génération Y

La semaine dernière, Madame Cocktail RH, la trentaine, en CDI dans une grande entreprise, jeune cadre dynamique dans toute sa splendeur, sort d’une réunion ébahie. La teneur des échanges ? Les JEUNES ! Ils seraient tous fainéant, accrochés à leur portable tel une moule à son rocher, instable, pas fiable, irrespectueux, paresseux,… Elle n’a pas réagi face à ces 10 collègues baby-boomers ou de la génération X, qui n’ont même pas remarqué qu’ils parlent aussi de Madame C avec qui ils partagent un café et collaborent tous les jours.

Pour se remettre de cette dure journée, elle rejoint ses copines autour d’un cocktail. Elle découvre alors, que non seulement ses copines ne sont pas étonnées mais qu’elles ont toute vécue des situations similaires.

En exclusivité pour vous, nous avons infiltré cette soirée. Et voici quelques exemples de situations (malheureusement) bien réelles :

Situation 1 : Branchée sur ses écouteurs ?

Vu par son boss : "Céline comme tous les jeunes ne sait pas se détacher de son portable. Elle écoute même de la musique au travail avec ses écouteurs! Ces jeunes… ils n’ont plus la notion de rien. Je vais la recadrer, les heures de travail, c’est fait pour… travailler !"

La situation expliquée par Céline : "Dans mon bureau nous sommes 4. Entre les allers et venues de nos collègues (et oui la machine à café est dans notre bureau…), les chefs de projets qui viennent pour faire des points, le téléphone qui sonne, et Brigitte, qui prend tous ses appels sur haut-parleur, « parce qu’elle n’entend pas dans le combiné », Je n’arrive pas à me concentrer. Alors quand il y a trop de bruit, je mets mes écouteurs, mais je n’écoute pas vraiment la playlist, ça me permet juste de me mettre dans ma bulle pour... travailler."

 

Situation 2 : Accrochée à son smartphone ?

Vue par la chef de projet :  "On travaille sur cette conférence depuis 6 mois avec Aurélie. Jusqu’à présent, elle a toujours été très efficace. Mais ce matin, pendant notre évènement elle a passé tout son temps sur son portable ! Entre facebook et les sms, les jeunes ne sont plus capables de se concentrer 3h pour suivre une conférence ! J’aurais dû lui demander de faire un compte-rendu, ça l’aurait occupé !"

Ce qu’il s’est réellement passé : Aurélie, très investie dans ce projet de conférence, a relayé l’information sur les réseaux sociaux. Elle a créé un hashtag sur twitter et publié l’information sur son profil Linkedin. Pendant toute la conférence, elle a live twitté. Et ça a fonctionné ! Bilan : Plus de 300 twittos ont partagé l’évènement qui a pris une envergure 2.0. Un bon début, selon elle, pour rendre plus visible les actions de son entreprise.

 

Situation 3 : Impatiente ? Instable ?

Ce que pense Virginie :  "J’ai fait mes études en alternance, chaque année je travaillais dans une entreprise différente. Ce que j’ai aimé, c’est découvrir de nouvelles organisations, apprendre de mes tuteurs, développer mes compétences. Après ces expériences, je ne me vois pas travailler pendant 30 dans la même entreprise. J’ai besoin de changement, d’être constamment en situation d’apprentissage, et puis depuis la crise, j’ai bien compris qu’il y a  peu de chance de trouver un travail « pour toute la vie » ".

Ce que ressent son manager : "Virginie fait partie de la génération qui zappe dès qu’elle s’ennuie. On ne peut pas compter sur elle sur le long terme, elle nous l’a fait comprendre, elle ne restera que 2 à 3 ans, et en plus il faut qu’on la forme. Pourquoi devrais-je investir dans une solution de court terme ?"

 

Ce que nous retenons : Au-delà des conflits de génération, il y a surtout un manque de communication flagrant. On ne se comprend pas, parce qu’on ne se parle pas ! Le rôle du management  est donc primordial.

Une bonne pratique : Le tutorat et le mentoring inversé. Les générations se coachent entre elles, pour en retirer le meilleur.

Pour conclure, n’oublions pas qu’en tout temps, chaque génération a eu son lot de « c’était mieux avant », et que tous les « jeunes » ont dit un jour « tu ne comprends rien » à leurs parents, les « Y » y passeront aussi.

Commenter cet article

Cybele Rioux 26/06/2014 21:17

Suite à votre commentaire suggérant votre article complémentaire sur mon blogue, je me suis dit que la réciprocité serait utile à vos lecteurs en ajoutant le lien vers mon article ici.
http://alizerh.blogspot.ca/2014/05/generation-y-et-defoulement-par-rh.html